KHALID KOUHEN

Né à Fès au Maroc et établi en France depuis 1978, Khalid Kouhen est reconnu comme l’un des plus talentueux percussionniste de sa génération. La richesse et la virtuosité de son jeu ainsi que les multiples couleurs de son instrumentation sont très recherchées sur les scènes actuelles.
Khalid Kouhen est né sous l’étoile de la diversité culturelle : sa famille, d’origine arabo-andalou-soudanaise, était passionnée par la musique et porteuse des richesses de ces traditions.  Sa grand-mère venue du grand Soudan, était une maîtresse initiée de danse Gnawa. A la maison, chaque année une fête rituelle était organisée, regroupant artistes, famille et amis, au cours de laquelle la musique et la danse étaient omniprésentes. Entre son père aux « tablas ghazia » et sa mère au bendir ou à la tarija, Khalid dès l’âge de six ans commence à jouer de la percussion et participe aux polyrythmies de l’assemblée. Au début simple jeu, la percussion deviendra très vite la passion d’une vie.
En 1978, Khalid arrive en France pour suivre des études scientifiques à l’université de Rennes, emportant dans ses bagages ses « tablas ghazia » marocains. Le creuset multiculturel que constitue une université française va aiguiser son désir d’élargir encore ses horizons humains et musicaux et c’est là que son parcours de vie va prendre une orientation décisive…
A partir de 1982 il décide d’approfondir l’art du rythme et de la percussion auprès de grands maîtres de musique traditionnelle de différentes cultures, dont il recueille l’enseignement :
Nicia Ribas d’Avila, musicologue et chef de batterie d’une école de Samba au Brésil. Auprès d’elle il acquiert la maîtrise des instruments de la batucada (surdo, caixa, pandeiro, tamburim…). Son parcours est brillamment couronné par le premier prix “Répinique d’or” reçu en 1984. Il obtient le statut de chef de batterie au sein de l’école « Tia Nicia », première école de batucada en France, et dirige des ensembles de percussions.
Pierre Cheriza Fènèlus, maître tambour Vaudou d’Haïti, auprès de qui il explore le répertoire caribéen et afro-cubain et développe le jeu des congas et bongos.
Depuis, il n’a eu de cesse de nourrir avec passion les rencontres musicales et de collaborer avec des musiciens de différents univers notamment illustré auprès d’Archie Shepp, Chico Freeman, Glenn Ferris, Claude Barthelemy, Pandit Shankar Ghosh, El Hadj N’Diaye, Majid Bekkas, Karima Skalli, Paddy Kelly…